Vous êtes ici : > Accueil > Conférence nationale contre la pauvreté. La pauvreté des personnes handicapées restera-t-elle encore invisible ?

Conférence nationale contre la pauvreté. La pauvreté des personnes handicapées restera-t-elle encore invisible ?

13/12/2012 17:57 par Hervé Guindé

Lors de la clôture de la conférence nationale contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale, le Premier Ministre a esquissé les axes du plan qui sera présenté en début d’année prochaine. Malgré l’affirmation au détour d’une phrase que les personnes handicapées ne seront pas oubliées, la FNATH reste « sur sa faim » devant l’absence de mesures les concernant. A croire qu’elles vont rester des pauvres invisibles.

Malgré une allusion finale, les personnes handicapées sont absentes du discours prononcé hier par le Premier Ministre en clôture de la conférence contre la pauvreté. Pourtant, elles sont particulièrement exclues et la plupart d’entre elles, bénéficiaires de l’allocation aux adultes handicapés, restent sous le seuil de pauvreté. L’accès aux soins leur est souvent refusé, notamment pour des raisons financières et elles se trouvent confrontées plus que le reste de la population à une augmentation de la précarité de l’emploi.

Un accident de la vie est souvent à l’origine d’une descente rapide menant vers la pauvreté et l’exclusion. Dans une récente étude réalisée auprès de ses adhérents, la FNATH montrait que seulement 45% des personnes avaient repris leur travail après leur accident de la vie. De plus, cette reprise du travail s’était traduite pour le quart des personnes par une diminution des horaires de travail et donc de leurs ressources. Mais malgré cette reprise, ils sont nombreux (20%) à l’avoir perdu à nouveau à la suite d’une aggravation de leur état de santé ou d’une rechute. Ainsi, un tel plan ne peut être déconnecté de la prévention des accidents de la vie, en particulier des accidents du travail et des maladies professionnelles (telles que les TMS), afin de prévenir l’exclusion et la pauvreté.

Si une revalorisation annoncée du RSA semble insuffisante, celle de l’allocation aux adultes handicapés l’est encore plus : pour cause, le Gouvernement a raté l’occasion dont il disposait hier de faire part de ses intentions concernant l’évolution de cette allocation tant en 2013 que pendant la période du quinquennat, laissant les personnes handicapées dans le doute et l’inquiétude.

La FNATH ne peut que saluer le souhait d’un dialogue constant avec les associations. Pourtant ce souhait lui semble en décalage avec l’ouverture des discussions sur la décentralisation, qui concerne en particulier la politique du handicap. En effet, un projet de loi circule déjà sans qu’aucune véritable concertation n’ait été engagée avec les associations, alors même que la loi sur le handicap de 2005 se voit remise en question.

Le plan national contre la pauvreté restant en préparation, la FNATH espère que les personnes handicapées ne resteront pas invisibles de cette politique.


Partager

← Assurance des malades : l’engagement du Président de la République remis en cause Reconnaissance de l’incidence professionnelle. Grâce à la FNATH, le taux d’une victime augmente de moitié, passant de 40 à 60% →

Laissez un commentaire

Nom : *
Email : *(N'apparaît pas en ligne.)
Site internet :
Commentaire : *
Code de sécurité : Version audio
Recharger l'image
Vérification : *
Réalisé avec © Franceasso.org