Vous êtes ici : > Accueil > Du 12 au 20 octobre. Semaine nationale de la FNATH pour prévenir la souffrance au travail Une rupture d’anévrisme provoqué par le stress

Du 12 au 20 octobre. Semaine nationale de la FNATH pour prévenir la souffrance au travail Une rupture d’anévrisme provoqué par le stress

27/11/2012 16:09 par Hervé Guindé

Retrouver en pièce jointe le dossier de presse.

A quelques jours de l’ouverture de sa semaine nationale de prévention de la souffrance au travail, la FNATH illustre la nécessité d’informer les personnes concernées et de les sortir de l’isolement par une décision qu’elle vient d’obtenir devant les tribunaux après plusieurs années de procédure. Les victimes ne doivent plus être seules !
En décembre 2005, Monsieur Q est retrouvé étendu et inconscient dans les toilettes de son entreprise à la suite d’une rupture d’anévrisme, qui lui a laissé de graves séquelles.
Il est hospitalisé pour une hémorragie intracérébrale avec coma. D’abord refusée par la sécurité sociale, la prise en charge au titre d’un accident du travail a été acceptée, en janvier 2009, par le tribunal des affaires de la sécurité sociale (TASS), saisi par la FNATH.
Devant la cour d’appel, la FNATH a contesté une première expertise médicale. La cour a alors mandaté un deuxième médecin, qui, lui, a considéré que la rupture d’anévrisme « ne pouvait être considérée comme étrangère au travail si l’on considère les facteurs de tension et de stress au travail, susceptibles d’avoir provoqué, lors d’une altercation, une violente émotion de nature à augmenter sa pression artérielle et son rythme cardiaque, cause connue de la rupture d’anévrisme. » La FNATH avait récupéré une dizaine d’attestation de collègues faisant état de « harcèlement perpétuel, pression permanente, de remarques incessantes, conflits réguliers, stress… »
Sur la base de cette expertise et dans la mesure où l’accident a eu lieu sur le lieu de travail et que l’employeur n’a pas démontré que les conditions de travail étaient étrangères au malaise de Monsieur Q, la cour d’appel de Lyon a considéré que la rupture d’anévrisme constituait bien un accident du travail.
Si cette famille était restée isolée, l’accident du travail n’aurait pas été reconnu. Pour permettre aux personnes concernées de lutter contre cet isolement, la FNATH lance une mobilisation dans la durée pour lutter contre la souffrance au travail. Du 12 au 20 octobre, une semaine nationale pour sensibiliser le grand public : une affiche choc, des colloques et rencontres, des
animations, un site internet spécifique pour rompre l'isolement…


Partager

Les commentaires sont fermés.

Réalisé avec © Franceasso.org